mardi 23 mars 2021

Portrait de wever : le coaching mobilité dont vous êtes le héros

Dans notre article, Le CES2021 du Village Francophone Côte d'Azur Monaco, nous vous avons rapidement présenté les quatre entreprises azuréennes qui ont fait la fierté de notre territoire lors de ce grand rendez-vous international de la Tech. 

Parmi elles, wever, la startup niçoise qui propose aux collectivités et aux entreprises une solution de "coaching de mobilité" dont vous êtes le héros. 

Comment ces quatre startups ont-t-elles vécu l'événement ? Qu'en retiennent leurs dirigeants ? C'est l'objectif de ce portrait dédié à wever. Thomas Côte, CEO et Fondateur, s'est prêté à l’interview.


« Chez wever nous partageons une conviction : les défis actuels de la mobilité doivent être surmontés en pleine collaboration entre les pouvoirs publics et les nouveaux acteurs de la mobilité. Les startups de la mobilité participent pleinement à ce nouvel essor, grâce notamment au déploiement de programmes d’IA comportementale. »

En 2015, conscient des difficultés des politiques territoriales en matière de transport, Thomas Côte, le fondateur de wever, se donne pour mission de mettre en place des solutions en faveur d’une mobilité inclusive et alternative. Après deux ans de R&D, il lance en 2017 la première solution de pilotage de la mobilité et du changement des comportements, qui accompagne les collectivités, les opérateurs de transport et les entreprises.

Sa particularité ? wever a centré sa plateforme sur l’humain avec l’ambition de déployer une « mobilité participative ». Les usagers ou salariés peuvent ainsi indiquer en quelques minute, quels sont les aspects positifs et négatifs de leurs trajets et des modes de transport qu’ils utilisent. Un algorithme d’IA comportementale, développé en interne, modélise ces données pour déployer des solutions alternatives ou optimiser des solutions déjà existantes (covoiturage, vélos à assistance électrique, …).

Accompagnée par le Village by CA Provence Côte d’Azur et d’autres acteurs, wever accélère son déploiement en France et en Outre-Mer : Technopole de Vitrolles, Paris-Saclay, Versailles Grand Parc, Unitex (organisme professionnel implanté au cœur de la 1ère région industrielle textile de France), la Région Haut-de-France, l’île de la Réunion et plus d’une vingtaine de réseaux de transports en France. Acteur engagé, la startup a participé à l’effort collectif pendant la crise sanitaire en proposant tout d’abord une offre dédiée aux personnels soignants puis aux collectivités et au entreprises dans l’aide au déploiement de solutions de mobilité « post-confinement ».

Vers une seconde levée de fonds


« Depuis deux ans, nous avons réussi à prendre une avance en termes de R&D. Cela nous permet de nous positionner sur une rampe de lancement. » Pour autant « il reste encore tout à faire pour atteindre notre ambition : devenir le leader sur le marché de la mobilité participative », précise Thomas Côte.

Pour cela, wever mise sur une seconde levée de fonds : « nous sommes actuellement en plein tour de table et nous devrions finaliser cela avant l'été. » Elle servira notamment à renforcer les forces de ventes et à alimenter leur dernier projet d'intelligence artificielle. « Ce projet donne une puissance et une scalabilité à notre produit technologique en France et à l'international. » Ce programme d’IA comportementale a d’ailleurs été récompensé lors du concours i-Nov, porté par l’Ademe, qui met à l’honneur des projets innovants de startups leaders dans leur domaine.

Dans le même temps, la startup azuréenne prévoit d'ici l'été 2021, un important développement de son offre produit. « Nous allons déployer une solution qui va donner du corps à la loi LOM (loi d'orientation des mobilités). Elle fera l'effet d'un véritable bouleversement sur le marché français », nous confie Thomas Côte.

Le Village Francophone confirme l’enjeu d'internationalisation de wever

Ces prochains déploiements pour wever lui permettent d’envisager un prochain déploiement à l’international, confirmé par des preuves de concept concrètes en France et en Europe.

« Lors de notre première participation au CES de Las Vegas 2018, puis au CES du Village Francophone 2021, nous avons confirmé la compatibilité de notre solution avec les marchés étrangers », souligne Thomas Côte. « Nous signons actuellement des POCS (preuves de faisabilité) avec différentes villes aux Pays-Bas, en Suisse et aux États-Unis. Notre objectif : implanter d'ici trois ans des antennes wever sur plusieurs territoires à forts potentiels, en Europe et sur d’autres continents. »

Propos recueillis par Baptiste Chefdeville

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article recommandé

Félicitations à nos startups azuréennes et monégasques qui ont brillé au Village Francophone de VivaTech

 Après le  CES 2021 , le  Southwest 2021  et la Foire de Hanovre  l'excellence de nos startups azuréennes et monégasques a été encore re...

Articles les plus consultés (année écoulée)

Nombre total de pages vues