vendredi 16 avril 2021

Portrait de Plug : une place de marché et un espace collaboratif pour festivals et professionnels de l’audiovisuel

Dans notre article, Bravo à nos startups qui ont fait rayonner la Côte d'Azur sur le #SouthBySouthwest Phygital Forum, nous vous avons rapidement présenté les trois entreprises azuréennes qui ont fait la fierté de notre territoire lors de ce grand rendez-vous international des Industries Culturelles et Créatives ou ICC. 

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir Plug, vainqueur du challenge #TechForEntertainment, une place de marché et un espace collaboratif pour festivals et professionnels de l’audiovisuel. Rencontre avec Jean-Edouard André, son fondateur. 


« Plug est une usine à talents qui vient chercher de manière originale de nouveaux producteurs et réalisateurs et leur propose de faire des films dans des conditions ultra-protégées » 

Lancé en 2019, à l'occasion du Centenaire de la Victorine, Plug est avant tout un concours et un festival des nouvelles images, au carrefour de la web création, du jeu vidéo et de la réalité virtuelle. Parrainé par Jan Kounen (le réalisateur de Doberman et 99 Francs), la première édition, organisée par la société Yes Please, a notamment révélé Tom Pardo, réalisateur du film court sur mobile « Submerged ». 

Pourtant, en 2020, Jean-Edouard André, CEO de Yes Please, doit annuler la seconde édition. Un simple aléa pour ce passionné des nouvelles écritures du cinéma. Avec son associé, Jonathan Kidson (CTO), il décide de capitaliser sur la période. Objectif : transformer ce "simple" festival en une véritable société de production 3.0 dédiée aux réalisateurs et producteurs de films sur mobile. « Le marché des films pour téléphone mobile est en pleine expansion », détaille-t-il. Pourtant, « beaucoup de projets n'arrivent pas à se réaliser car leurs scénarios sont jugés trop complexes ou leur thème, border line ».

 Inspirés par Mogul Production (plateforme de financement participatif dédiée au cinéma) et Quibi (la plateforme SVOD de films courts lancée par Katzenberg), l'équipe passe 9 mois à concevoir un nouveau projet. Le concept : créer une place de marché ou marketplace « sociale » permettant de mettre en relation réalisateurs, producteurs et financeurs. 

École, place de marché, plateforme SVOD, promoteur : Plug invente la boîte de production du futur

Pour attirer les jeunes talents, l'équipe de Plug a pensé à tout. La plate-forme, actuellement en bêta-test, proposera aux utilisateurs, d'ici l'été, des formations en e-learning et des masterclass de grands réalisateurs. « Plug veut devenir une école qui forme les cinéastes et les scénaristes numériques de demain », poursuit Jean-Edouard André. 

Mais comment créer LA bonne rencontre pour démarrer un projet cinématographique ? Pour favoriser ces rencontres, l'équipe Yes Please, spécialisée en édition de réseaux sociaux communautaires, s'est concentrée sur les fonctionnalités de matchmaking. Désormais, les membres pourront constituer une équipe projet et travailler ensemble grâce à des outils collaboratifs : chats vidéo, flux d'activité, groupes de travail… Toutes ces interactions seront tracées (un peu comme sur une blockchain) et des contrats de collaboration automatisés permettront de protéger les idées des porteurs de projets. 

Ensuite, les films pourront être mis en valeur grâce au festival organisé chaque année à Nice et aux partenaires médias de Plug. « Aujourd'hui, nous sommes encore tributaires du marché américain, mais, grâce à des acteurs français comme Salto, nous pouvons aussi faire rayonner le cinéma d'auteur et les nouvelles écritures dans l'Hexagone. » Enfin, ces films seront disponibles sur Plug, via une fonctionnalité de Watch Party (regarder un film à plusieurs en même temps) et une salle de cinéma numérique virtuelle en streaming. La viralité fera le reste grâce à la communauté des utilisateurs. 

Le Village Francophone : un allié pour la stratégie de développement 

« Le Village Francophone a cette capacité unique de rassembler et de connecter ensemble plusieurs écosystèmes ». Un véritable tremplin de visibilité pour Yes Please. L'occasion de promouvoir son expertise en social software pour festival face à des cadors comme le KIKK festival. Et surtout d'annoncer la sortie de sa place de marché, Plug, devant un parterre de réalisateurs et producteurs internationaux. 

Plus largement, l'événement était aussi l'occasion de sourcer de nouveaux partenaires technologiques. « Aujourd'hui, notre solution est vraiment innovante. Pourtant, si nous voulons percer, nous devons développer la R&D en IA. C'est l'un des axes prioritaires pour personnaliser le matchmaking sur la plateforme. » Plug mise donc à court terme sur des partenariats avec des acteurs spécialisés en DeepTech. Un premier pas à franchir avant de s’émanciper totalement de Yes Please et d'aborder sa première levée de fonds. 

La future startup envisage également un rapprochement avec des experts en crypto monnaie. « Notre rêve, c'est de pouvoir produire un maximum de films, et pour cela on ne pourra pas uniquement compter sur nos fonds propres pour soutenir les porteurs de projets. Une solution similaire à Mogul est donc bien évidemment dans la suite logique des choses ». Quant aux dates du prochain Festival de Plug, rien n'est encore fixé. Une chose est sûre, le format sera cette année digital.

Propos recueillis par Baptiste Chefdeville

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Article recommandé

Félicitations à nos startups azuréennes et monégasques qui ont brillé au Village Francophone de VivaTech

 Après le  CES 2021 , le  Southwest 2021  et la Foire de Hanovre  l'excellence de nos startups azuréennes et monégasques a été encore re...

Articles les plus consultés (année écoulée)

Nombre total de pages vues